Retour sur le SOTM 2018 de Bordeaux (article n°2)

L’association OpenStreetMap France vous propose de vous replonger au cœur du dernier State Of The Map France qui s’est déroulé à Bordeaux du 1er au 3 juin 2018. Nous avons déjà publié un premier article le mois dernier et, comme promis, voici le 2ème article qui reprend les interventions du vendredi 1er juin. Nous allons vous présenter aujourd’hui les présentations du reste de la journée du vendredi, de 11h30 à 17h30, regroupées par salle.

Amphi PAPY

11h30 Jungle Bus : faire un plan de transport de sa propre ville, c’est possible (46). Dans cette présentation, Florian Lainez explique pas-à-pas comment produire un plan de transport papier ou un calculateur d’itinéraires de transport de votre ville (Collecter les arrêts de bus sur le terrain avec l’appli Jungle Bus, Créer les lignes de transport dans OSM, Mettre les données en qualité, Créer un rendu visuel des lignes). Tout cela en motivant la communauté locale !

12h Jungle Bus : cartographier le réseau de bus d’Île-de-France. Challenge accepted ! (44). Le réseau de bus d’Île-de-France, c’est plus de 40 000 arrêts. La communauté OSM relève le défi de cartographier tous ces arrêts ainsi que leurs lignes dans OSM ! Jungle Bus développe des outils spécifiques pour intégrer les données OpenData, mettre les données en qualité, suivre l’évolution du réseau. Ces outils fonctionnent partout dans le Monde, peut-être même bien dans votre (grande) ville, qui sait ? 😉

14h Cartographie des aménagements cyclables en Île-de-France (8). En mars 2017 Île-de-France Mobilités (ex-STIF) publie un appel d’offre intitulé « Acquisition et maintenance de données vélo sur OpenStreetMap ». Un marché d’ampleur pour un projet ambitieux, une première en France ! Mené par la société Géovélo avec le support de Carto’Cité et de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette, ce projet prévu pour 4 ans a démarré en septembre 2017. Dans un premier temps, une part importante de terrain et de saisie de données a été réalisée, ainsi qu’un travail de contrôle qualité. Pour la maintenance des données, l’accent est mis sur l’aspect communautaire, par la contribution des collectivités et surtout par l’organisation de cartoparties avec les associations cyclistes. Cet exposé présenter le contexte du projet, la méthodologie et les outils utilisés, les réalisations à ce jour et celles à venir.

14h30 Géovélo, 8 ans d’OpenStreetMap (36). Géovélo utilise depuis 8 ans les données OpenStreetMap. Du simple calculateur sur site Web, il existe maintenant des applications Android et IOS qui permettent de guider les cyclistes en temps réel. Tour d’horizon de notre usage des données OpenStreetMap et des évolutions de nos services. Collecte des données, services autour de la donnée et les nouveaux outils pour aider les utilisateurs à enrichir OpenStreetMap. Vidéo.

15h Cartographie des itinéraires cyclables : mettre en relation OSM et l’Observatoire National des Véloroutes et Voies Verte (9). Les Départements & Régions Cyclables sont un réseau de collectivités mobilisées dans une dynamique collégiale pour construire la France à vélo en 2030.  L’association organise, en lien avec le ministère du développement durable, l’Observatoire National des Véloroutes et Voies Vertes, un Système d’Information Géographique qui centralise les données sur les itinéraires vélo réalisés et planifiés.  L’ensemble des données mutualisées est stocké dans une base de données diffusée en OpenData. Les DRC ont constaté que la cartographie des itinéraires cyclables sur OSM comportait parfois des erreurs qui nuiraient à la pratique du vélo touristique. D’autre part, les données de l’ON3V peuvent également comporter des erreurs qui sont corrigées dans OSM, par des contributeurs volontaires, à l’aide de données terrain. Ces observations ont conduit l’ON3V à développer une méthodologie de mise en relation de sa base de données avec OSM. Cette démarche a pour but d’améliorer la fiabilité de l’information géographique autour du vélo, et de participer au développement de la cartographie des itinéraires cyclables. Vidéo.

16h Présentation du projet Ederbidea sur la promotion du vélo (72). Présentation du projet Ederbidea, projet de coopération transfrontalière entre la France et l’Espagne dont l’ambition est de développer l’usage du vélo et l’information aux cyclistes sur les itinéraires les plus appropriés à leurs pratiques (secteur sud-ouest). Vidéo.

16h30 Optimisation de relevé de terrain à vélo (360° et Osmand) (60). Le vélo est le meilleur mode de déplacement pour faire des relevés de terrain pour de la cartographie sur OSM. Corentin Lemaître a réalisé quelques relevés de terrain à vélo en faisant souvent des erreurs. Le but est de partager les petits tuyaux pour permettre à tous d’optimiser ses sorties terrains à vélo. La préparation, l’utilisation d’Osmand, la capture de photos à 360° automatisé, la prise de note. Vidéo.

17h Structuration des données OSM dans les SIG : l’exemple de la cartographie des continuités cyclables (87). Présentation des outils d’intégration Postgres/Postgis (appropriation des données OSM). Le traitement SGBD/SIG pour l’obtention d’une nomenclature simplifiée et automatisée dérivée du modèle OSM (exemple de la cartographie des continuités cyclables). Un « petit » retour d’expérience des données OSM à l’APUR. Video.

Amphi LEFEVRE

11h30 Contribuer à Mapillary quand on est une entreprise, pourquoi ? comment ? (18). Avec plus de 10 000 000 d’images versées représentant plus de 30 000 km de routes couvertes, SOGEFI est l’un des principaux contributeurs à Mapillary. Pour les besoins des collectivités locales, SOGEFI utilise des outils de Mobile Mapping pour créer des données géographiques. Ils utilisent les données OpenStreetMap dans les applications et comptent parmi leurs collaborateurs plusieurs contributeurs avertis. Le choix de verser systématiquement les images géolocalisées produites dans Mapillary parait donc évident. Comment fait-on ? Quels avantages pour la communauté ? Quels avantages pour SOGEFI ?

12h Évaluer la qualité de la donnée OSM à partir de l’historique des contributions (31). Cette présentation traite de l’exploitation de données historiques d’OpenStreetMap afin d’évaluer la qualité de la donnée sur la base des contributions passées. Des données spatiales OpenStreetMap sont créées, modifiées, effacées tous les jours par des milliers de contributeurs du monde entier. L’historique de ces contributions contient des informations riches qu’il est possible d’extraire afin de qualifier la donnée OpenStreetMap. En traitant et en fouillant la donnée avec le langage de programmation Python, l’évolution des modifications est traçable pour n’importe quelle entité OSM : routes, bâtiments, places, etc. Une question de recherche intéressante revient à se demander si le niveau du contributeur (débutant, intermédiaire, expert) peut être inféré à partir de cet historique. A l’aide d’un algorithme de machine learning non-supervisé (K-means), nous qualifierons les contributeurs en fonction de leur contribution sans connaissance a priori sur leur niveau d’expertise.

14h Calcul d’itinéraires piétons personnalisés avec OSRM et des données OpenStreetMap (4). Présentation de différentes techniques utilisées pour adapter le moteur de calcul d’itinéraires OSRM au déplacement piéton avec pondération en fonction de l’environnement traversé. Le but d’un déplacement piéton n’étant pas uniquement d’aller le plus rapidement d’un point à un autre, nous avons souhaité pondérer les itinéraires en fonction de l’environnement traversé. Cela permet de proposer des alternatives privilégiant les espaces naturels, les rues calmes ou le patrimoine historique par exemple.

14h30 Un accompagnement simple et personnalisé des itinéraires marche à pied (81). L’accompagnement jusqu’au dernier mètre est aujourd’hui une brique peu développée de la plupart des applications de calcul d’itinéraire. Il est difficile de trouver, notamment dans les environnements intérieurs complexes multi-niveaux tels que les gares, des informations simples et fiables sur l’itinéraire optimal à emprunter selon son profil. Pour améliorer cette situation, SNCF Innovation & Recherche travaille depuis plusieurs années au développement d’outils basés sur OSM. Cet exposé présentera notre vision et les méthodes mises en place jusqu’à présent, illustrées notamment par la cartographie fine (intégrant les cheminements) des principales gares de Bretagne (co-réalisée et présentée par Carto’Cité).  Mais aussi nos travaux à venir, portant sur une meilleure intégration des connaissances sur le fonctionnement de l’orientation humaine pour améliorer l’intelligibilité des informations transmises. Par exemple, par la génération automatique de feuilles de route en langage naturel ou de plans enrichis de repères plus faciles à comprendre.

15h Développer la navigation sur OSM (22). Cet exposé explique comment Mapbox construit la suite d’ouils nécessaire à la navigation sur OSM. Nous expliquerons comment ces outils se combinent pour garantir une excellente expérience utilisateur. Plusieurs systèmes doivent fonctionner ensemble parfaitement pour une expérience de navigation fluide et agréable: le routage, le trafic, les instructions sonores et visuelles, les données brutes de la carte… En utilisant son réseau global de capteurs, Mapbox cherche à créer une carte ouverte et vivante, optimale pour la navigation. Nous montrerons quels outils nous construisons pour rendre cela possible, comment ils interagissent et dépendent les uns des autres. Nous parlerons aussi des choix technologiques que nous faisons sur le chemin: pourquoi développer deux systèmes de routage en parallèle ? Comment mesurer la qualité de nos instructions et de notre trafic ? Comment gérer les flux de données en temps réel ? À quels problèmes d’échelle nous heurtons-nous ?

16h magOSM : visualiser et télécharger des données OSM thématiques (WMS/WFS) (53). magOSM (http://magosm.magellium.com/) propose d’accéder à des jeux de données thématiques (santé, routier, occupation du sol, … ) issus d’OpenStreetMap aux formats WFS/WMS. Ces données sont mises à jour quotidiennement sur la France métropolitaine. Ce service permet ainsi d’accéder directement à des couches de données vectorielles sous QGIS ou tout autre environnement client de services OGC (comme notre portail de visualisation). Ces services sont référencés dans un catalogue Isogeo, offrant ainsi un point de contact unique, une interface de recherche et la consultation de métadonnées.

16h30 Sur le chemin de l’OpenData: la migration du géocodeur Mappy vers OSM (79). Depuis plus d’un an déjà Mappy, entreprise proposant des services de cartographie, d’itinéraire et de géocodage, amorce une transition vers l’intégration de données OpenData (OSM) pour son service de géocodage. Cette évolution soulève de nombreux obstacles et questionnements, que nous souhaiterions partager avec la communauté OSM : pourquoi prendre ce virage ? Quelles licences existent ? Quels outils exploiter ? Comment passer d’un modèle de données propriétaires structuré au modèle OSM ? Comment retrouver une cohérence mondiale, avec des différences de couverture et de modélisation entre les régions ? Nous avons développé peu à peu une démarche qui nous est propre afin de mener cette migration. Nous vous proposons un tour d’horizon du travail que nous avons effectué jusqu’ici et des conclusions que nous avons pu en tirer.

17h WeeklyOSM/HebdoOSM : quoi, qui, comment, par qui, pour qui, pourquoi ? (85). WeeklyOSM (HebdoOSM en bon français) est une revue hebdomadaire de l’actualité de l’écosystème OpenStreetMap publiée quasi-simultanément en français, anglais, allemand, espagnol et japonais. Cette internationalisation se veut être un moyen de dépasser les barrières linguistiques pour refléter la diversité des communautés OpenStreetMap. Écho de l’actualité, des débats et des actions aux échelles nationales ou planétaires, l’hebdo peut donc être une source d’information à destination du plus grand nombre mais également un vecteur de diffusion pour tous. Le SotM-FR est donc l’endroit rêvé pour s’interroger sur l’intérêt de ce moyen de communication pour la communauté française et francophone et pour inventer de nouvelles interactions avec les nombreux autres canaux existants.

Salle 1

11h30 En route vers MapContrib Next (30). MapContrib Next est le nom de code de la prochaine version majeure du projet : MapContrib 2. Le travail a commencé depuis plusieurs mois. Plusieurs projets ont émergé de cette refonte afin que d’autres développeurs s’emparent du mouvement et que d’autres projets en bénéficient. Dans cette session nous verrons les motivations qui se cachent derrière MapContrib Next, la méthode utilisée pour proposer les deux versions de MapContrib en parallèle, les projets créés dans le processus et la feuille de route qui se trouve devant nous.

14h Explorer et profiter au mieux d’OSM gràce à l’API Overpass (34). Porte d’entrée vers la base de données OSM, l’API Overpass représente un outil très puissant. Même si des outils assez simples d’utilisation existent (comme l’extension QGIS QuickOSM) la prise en main n’est pas forcement aisée pour les non spécialistes, limitant par la même leurs usages autour du projet. Cet atelier a comme objectif d’initier les participants à l’utilisation de l’API Overpass à travers notamment l’outil Overpass tubo pour explorer, requêter et récupérer des données OSM selon une multitude de critères (géométriques, sémantiques, spatiaux, temporels,…).

16h ODin, encore un nouvel outil d’intégration de données pour OSM (54). Comment intégrer dans OSM des données OpenData provenant de différentes sources externes (collectivités, organismes publics) ? La politique d’OSM est plutôt de ne pas favoriser les imports automatiques en masse, au profit d’une saisie contrôlée manuellement par les contributeurs. Il existe quelques outils qui facilitent les tâches de saisie collaborative à partir de données externes : Osmose, HOT Tasks Manager, Mapcraft. Nous ferons un petit tour d’horizon de ces outils pour analyser les forces et les faiblesses de chacun. ODin est un autre de ces outils, spécifiquement orienté vers le contrôle et la saisie de données ponctuelles pré-existantes. Son fonctionnement sera illustré par une première tâche collaborative réelle qui est actuellement organisée autour de la saisie des bornes incendie d’une communauté de communes. Chacun sera encouragé à faire des propositions en fonction de ses besoins pour aider à l’amélioration future de cet outil (ou carrément à dire que ça ne va pas du tout !)

17h OSM & OpenData : mappage des couches KML du cadastre, de l’IGN, du SIRH, …  Option : requêtes de génération de fonds (61). Créé en 1987, depuis 5 ans le CECA propose aux entreprises et collectivités régionales des solutions de cartographies contributives et web services hébergées sur son propre serveur OSM (géolocalisation de ressources ou d’emplois à pourvoir pour la mobilité RH avec mise à jour batch temps réel, interface SI/base de données, système de covoiturage, mappage KML (cadastre, IGN), accès distant intranet par certificat et protection Gardian Sesame et gestion SSO (single sign on) …

Salle 2

11h30 OpenStreetMap et les collectivités territoriales (57). L’ouverture des données publiques pour les collectivités territoriales est devenue un enjeu depuis quelques années. Les collectivités locales peuvent-elles utiliser OpenStreetMap pour diffuser leurs données ouvertes ? Dans quelle mesure ? Quels sont les risques ? La ville d’Orange et sa Communauté de communes se sont engagées dans le projet OSM depuis plus de 7 ans. Je vous propose de faire un retour d’expérience sur l’intégration du projet OSM dans les missions quotidiennes d’une collectivité locale.

12h Retour sur 4 ans d’utilisations d’OpenStreetMap à Lannion (76). Lannion, ville de 20 000 habitants, avait adopté initialement OpenStreetMap comme plan de ville dynamique pour remplacer une application payante. Cette intervention propose un retour d’expérience de 4 années durant lesquels Lannion a intégré OpenStreetMap dans ses pratiques et aussi dans sa volonté de contribuer et de faire contribuer. Cette recette peut inspirer d’autres villes moyennes ou moins grosses pour à leur tour mettre de l’OpenStreetMap dans leurs pratiques mais aussi motiver leurs contributeurs locaux.

14h Développer OSM au sein d’une commune: comment intéresser les services & faire lien avec les contributeurs locaux ? (23). La mairie de Villenave d’Ornon conduit actuellement un projet visant à maximiser l’utilisation d’OpenStreetMap pour améliorer l’information rendue aux habitants, notamment sur son site Web. Dans une première phase du projet (villenavedornon.city) une carte web informant sur les travaux en cours a été développée sur fond OSM.  Dans une seconde phase du projet il s’agit de passer de l’utilisation d’un simple fond OSM à la création et l’exploitation de la donnée OSM dans une carte web en lien avec les différentes rubriques d’information de la commune : santé, social, équipements culturels et sportifs, etc.  Comment intéresser les services à la production et à la maintenance de la donnée, quelle méthode pour créer le lien avec les acteurs du territoire et les contributeurs volontaires ? Comment passer outre les inquiétudes liées notamment au statut « libre, ouvert » et communautaire de la donnée ? Au-delà du partage d’expérience et des résultats que nous pourrons « montrer » en juin, nous souhaitons engager la réflexion avec l’audience sur ce questionnement.

14h30 L’effet SOTM-FR, 1 an après en Région Sud (52). Un an après la rencontre nationale OpenStreetMap France début juin 2017 sur Avignon de multiples initiatives ont été portées par divers acteurs confirmant un effet stimulant sur le territoire accueillant. Comment les acteurs se mobilisent-ils et quelle complémentarité avec les contributeurs locaux ?

15h Hydrographies sur OpenStreetMap (38). La gestion de la ressource en eau est une problématique importante dans l’aménagement de nos territoires. OpenStreetMap dispose d’une communauté et d’un périmètre adaptés pour collecter et présenter les différents chemins suivis par l’eau. Qu’elle soit dans son milieu naturel ou canalisée, voyons ensemble comment cartographier et qualifier les chemins suivis par l’eau dans notre environnement. Il sera notamment question des travaux menés cette année pour décrire les ouvrages construits par l’homme pour exploiter la force hydraulique.

16h Jungle Bus / osm2gtfs – Utiliser OSM pour faire une application de transport (43). osm2gtfs permet d’extraire les données de transport en commun d’OSM et de les compléter avec des horaires. Le résultat peut être directement intégré dans des applications de transport tel que l’appli mobile open-source Transport. Découvrez cet outil qui a permis d’obtenir une application mobile au service des habitants dans les villes de Managua au Nicaragua, d’Accra au Ghana, et qui sait, bientôt la vôtre ?

16h30 Trucs et astuces pour la photo-cartographie avec Mapillary (80). Mapillary qui permet de créer une maquette numérique des territoires, a ouvert de nombreuses fonctionnalités dont l’écosystème OpenStreetMap bénéficie. Nous sommes aujourd’hui en mesure  de pouvoir faire de l’édition à distance grâce à l’assistance d’un certain nombre d’automatisations. L’exposé permettra de faire le tour des options existantes et de celles à venir. Certains outils mobilisant Mapillary seront également évoqués.

Salle 3

11h30 OSM dans l’enseignement des SIG à l’université (62). Cette intervention propose un retour sur la place d’OSM dans les cours de SIG à l’Université. Dans un premier temps nous reviendrons sur les enseignements classiques de SIG et les modalités de mobilisation d’OSM dans la formation initiale des géographes et des urbanistes (introduction au projet et aux données, QuickOSM, mini-projets). Dans un second temps nous présenterons les formes d’enseignement plus techniques autour d’OSM dispensées aux spécialistes (master de géomatique) à travers différentes thématiques (Sémantique, contributeurs, qualité, comparaison, fonds de carte personnalisés, MàJ, API Overpass). Enfin au-delà de l’utilisation des données nous présenterons comment l’implication des étudiants dans le projet OSM, sous des formes variées, constitue un enjeu pédagogique dynamique (contributions, MàJ de référentiels, Carto-partie indoor, Carto humanitaire,). Nous présenterons en ce sens une nouvelle initiative de Carto-partie axée sur la cartographie 3D du quartier du campus de l’Université Rennes 2 (méthode, protocoles, retours d’expérience).

12h Le catalogue PIGMA : une source d’informations pour OpenStreetMap (51). PIGMA, Plateforme d’échange de données en Nouvelle-Aquitaine, a été missionnée par l’Etat et la Région pour mettre en œuvre un catalogue qui référence et qualifie les données sur la région. Ce catalogue est une source d’informations structurées, qualifiées et mises à jour à disposition de l’ensemble des acteurs régionaux. Riche de plus de 7500 références dont 2850 données ouvertes, il permet d’accéder à des données de référence concernant le territoire et sa description. Il peut donc être un outil de recherche d’informations intéressant pour les contributeurs d’OpenStreetMap. La présentation s’attachera à en faire une démonstration à travers quelques exemples de données disponibles dans le catalogue : positionnement des lycées, pistes cyclables.

14h L’apport d’OSM dans les travaux d’une agence d’urbanisme (50). Les missions des agences d’urbanisme consistent à épauler les collectivités publiques dans leur mission d’aménagement et d’observation des territoires. Pour ce faire les équipes de l’a-urba, utilisent des données de références afin de produire des cartographies, études, observatoires permettant de répondre à ces missions. Toutefois, les données disponibles peuvent venir à manquer, et c’est naturellement vers OpenStreetMap que nous nous tournons pour compléter nos sources.

14h30 Utilisation d’OSM pour cours sur projet urbain (84). Depuis 2 ans, Béatrice Maranget a construit un cours pour un parcours universitaire lié au renouvellement urbain. Elle a essayé d’utiliser OSM pour répondre aux besoins des étudiants suivant un atelier consacré au renouvellement urbain sur un lieu très défini (Sarcelles / Lochères). L’intervention est un compte-rendu de cette expérience avec comme enjeu l’utilité d’OSM pour un tel cours. Pour info, les supports de cours :

http://beaformqgis.ouvaton.org/ (2017-2018)

http://beaform.ouvaton.org/ (2016-2017)

15h SunuGox : OSM pour la production de diagnostic urbain par des organisations de base (Sénégal,2017) (78). D’avril à juillet 2017, Les Libres Géographes et les membres de la communauté OSM Sénégal ont accompagné le projet Sunu Gox mené par le mouvement Y en A Marre Sénégal en partenariat avec le Gret, dans sa phase initiale de diagnostic urbain, via un processus participatif et formateur innovant, impliquant les habitants de cinq quartiers d’intervention de la banlieue de Dakar.  Vingt personnes, de différentes organisations de base (OB), ont été formées pendant deux semaines à OpenStreetMap, puis ont cartographié volontairement leurs quartiers respectifs pendant deux mois. A partir de la donnée ainsi produite, un atelier final de formation sur le logiciel libre QGIS permettant d’établir les cartes de diagnostic urbain de quartier, attendues pour les phases suivantes du projet dans le but d’identifier les priorités et opportunités en terme d’amélioration de l’environnement et de réaliser des actions de proximité concrètes en matière d’environnement et d’assainissement.

16h Quand la recherche travaille avec / sur OpenStreetMap (73). Intro ici. Dans la préface de l’ouvrage « OpenStreetMap in GIScience : Experiences, Research and Applications », sorti en 2015, Muki Haklay faisait le constat d’un nombre croissant de publications scientifiques en géomatique mobilisant OSM pour illustrer un exemple de démarche de production d’information géographique volontaire ou s’intéressant aux données d’OSM pour en analyser la qualité et son potentiel d’exploitation dans différentes thématiques (route, occupation de sols, etc.). Qu’en est-il de la recherche aujourd’hui ? Qui sont les chercheurs et quels sont les projets qui mobilisent OSM en 2018 ? Au-delà de la géomatique, comment les géographes, informaticiens, sociologues… intègrent OSM dans leurs travaux et sous quelles formes ? Nous proposons de profiter du SotM pour faire un point avec la communauté des contributeurs afin de tenter d’établir un panorama des recherches qui se développent avec et sur OpenStreetMap.